top of page

100 ans d'expérience
et d'évolution

Les précurseurs 

 

Le Docteur Albert Rémy fut le précurseur de cette incroyable aventure au début du siècle dernier avec l'invention du diploscope (1902). Cet appareil servait à la correction de certains troubles de la vision dont le strabisme. 

Diploscope Rémy axes visuels-2.jpeg

Les Docteurs Armbruster et Héloin poursuivirent les recherches et publièrent des ouvrages de synthèse de leurs travaux et leurs applications médico-légales.  

Diploscope Rémy.jpeg

Georges Quertant (1894-1964)

Georges Quertant entreprit des travaux d’une toute autre portée. Il découvrit les possibilités pédagogiques (ou éducatives) du système nerveux grâce à la richesse de la vision tant par sa voie sensitive et les nombreux centres nerveux avec lesquels elle est en rapport (centres du mésencéphale, thalamus et hypothalamus, aires corticales de la sensibilité, mnémoniques et d’associations, hypophyse) que par les réflexes qu’elle suscite.

 

Il démontra ainsi l’influence auto-régulatrice d’une stimulation visuelle sur ces mêmes centres régulateurs des fonctions les plus élevées chez l'homme. Il s’appuya sur le diploscope de Rémy pour concevoir et développer une série d’appareils de stéréoscopie toujours utilisés aujourd’hui. 

 

Georges Quertant a légué une œuvre considérable, dont nous sommes les dépositaires engagés à la rendre accessible à tous.

photo G Quertant.jpeg
IMG_5602 (1).jpeg

“ Une lumineuse intelligence”

Dr. J Marchal, Membre du Directoire du CNRS

Neuro & co® - à l’heure des neurosciences !  

 

La luminothérapie 

Combiner cette extraordinaire technique de biofeedback neuro-visuel aux technologies de pointe en matière de luminothérapie fut le premier axe de développement des appareils Neuro&co®.

Les études le montrent : proposer un éclairage aussi proche que possible des propriétés de la lumière solaire en termes d’intensité, de température et de spectre des couleurs permet d’effectuer une tâche sans fatigue. C’est aussi un élément clé de régulation des cycles circadiens et un précieux soutien de l’équilibre psychique et des performances cognitives. 

 

La synchronisation cérébrale 

Le second axe d’innovation porte sur la synchronisation cérébrale. Ce mécanisme est largement documenté aujourd’hui et est utilisé dans la pratique médicale. Il permet au moyen d’un éclairage séquentiel (ou stromboscopique) avec des fréquences très précises d’améliorer la cohérence de l’influx nerveux de certaines aires corticales (motrice, associatives, mentale, émotionnelle, etc.) et d’harmoniser l’activité nerveuse des hémisphères droit et gauche. 

Outre un rééquilibre fonctionnel global, cette technique facilite le processus d’intégration réflexe de l’image-test proposée. 

Activité professionnelle - 1 sur 1.jpeg
Historisque - Neuroscieces
bottom of page